Le Déclic

Deuxième partie du Billet précédent

Cette partie va du 24 février au 26 avril 2018



Depuis cette sortie ciné mémorable où nous nous sommes retrouvés, les petits soucis se sont accumulés. Des réponses négatives, des absences de réponses et toujours autant de questions me font douter, ramènent l’incertitude et me font trébucher. Je retombe dans la spirale de l’état dépressif. Rien envie de faire, le temps gris et froid me confine à la maison. 

C’est gris dans ma tête, je rumine et je m’éloigne de Maitre. Je remets au lendemain du lendemain etc... le récit de cette sortie. Les jours passent, se transforment en semaines et je n’ai toujours goût à rien. Les vacances de février sont derrière nous, le quotidien devient fade. 

Quatre semaines se sont écoulées, Maitre revient vers moi et m’impose un ultimatum : j’ai 15 jours pour prendre une décision. Je vide mon sac de soucis et je l’accompagne comme Soumise car ce chemin est celui qu’Il a choisi. Ou je choisis de rester dans le monde vanille, ce sera compliqué car Il n’est plus attiré par le sexe basique, l’étoile de mer et le manque de « piment ». 

Mes pensées se bousculent, défilent, se défient, se délient et se délitent. 

Je ne sais toujours pas quoi faire, je pèse le pour, le contre, le rien et le néant. Je vois que Maitre lit beaucoup, Il est sûr de Lui, je l’envie souvent de pouvoir réfléchir plus vite que moi et d’arriver à la bonne décision. 

Je repense à ce début d’année plutôt prometteur en sensations fortes (sortie shopping, sortie ciné, les crêpes cochonnes....) et me force à aller chercher des infos. Si je ne bouge pas, c’est mon monde confortable, mon cocon qui s’effondre. La peur de l’inconnu sans Lui, le vide sentimental me font encore plus peur que de surfer sur Fessestivités. Après tout, je ne crains rien, je suis assise tranquille chez moi, personne ne peut m’agresser. Je me mets à lire, le forum est complexe, il y a tant de sujets à lire. 

Je décide de restreindre mes lectures, Maitre est sûr de Lui, je serai donc sa Soumise. Je cherche des écrits, des témoignages et dans les liens, je trouve un blog, le titre me parle : Anaëlle, Soumise en apprentissage. 

Ah, voilà ce que je cherche. C’était début avril. J’ai lu tous les jours le blog, de l’ouverture du blog à la demande de son Maitre, à aujourd’hui. Je découvrais une femme identique aux autres à l’extérieur, et à l’intérieur, une femme qui se cherchait aussi, avec les mêmes doutes et questions que moi. J’ai lu également tous les commentaires de Maitre Phénix, de ses amies soumises Elenna, Elerinna, Amazone, Sakura, etc... 

Au fur et à mesure que j’avançais, mes pensées se mettaient peu à peu en ordre, j’avais trouvé le fil conducteur et démêlais doucement la pelote des doutes. Le brouillard dans lequel je peinais à trouver mon chemin et ma place se dissipait car j’avais aperçu une lueur du côté des Soumises. 

Oui, elles sont heureuses, amoureuses et fières de leurs choix, soumises, esclaves ou kajirae. Elles vivent, tout simplement. 

Le reste du monde leur importe peu, l’important, c’est l’instant présent, le Maitre et l’Amour. Il en ressort une complicité, une relation fusionnelle qui me manquait. 

La date butoir est arrivée, Maitre m’a demandé mon choix. Et Il demande plusieurs fois si je suis sûre de mon choix. Le retour à la vie vanille ne sera plus possible. Mes congés ont été les bienvenus. J’ai pu me concentrer sur mes envies, mes désirs, sur le Choix. Nous avons pu nous reposer (ne pas courir pour le boulot, l’école...), parler, sortir en amoureux et encore parler. 

Nous n’avons jamais autant discuté, calmement et en accord l’un avec l’autre. J’ai toujours eu du mal à m’exprimer à l’oral, je n’arrive pas toujours à trier mes pensées avant de parler, je mets souvent les pieds dans le plat, mes propos sont mal interprétés... Quant à Maitre, il est peu loquace, ne s’exprimant pour « imposer son point de vue ». 

Mon côté Aspie (syndrome d’Asperger) fait que je cogite beaucoup, en bien comme en mal. J’ai eu un déclic, comme si les pièces du puzzle s’étaient rassemblées et ordonnées d’elles-mêmes. Nous avons encore discuté par messages la semaine suivante. Je bossais le matin tôt et j’étais souvent seule dans un bureau, Il me tenait compagnie. Maitre m’a confié avoir beaucoup réfléchi aussi de son côté et ne savait pas s’Il devait s’affirmer en continu ou s’Il me laissait des moments libres, Il hésitait car Il ne voulait pas que j’ai l’impression d’être une esclave. 

Ma réponse l’a laissé sur le cul : «Je ne suis pas une esclave, je suis Soumise et épanouie. J'ai un besoin impérieux d'être guidée, dirigée sinon je pars dans tous les sens. Je vois notre relation reprendre "du poil de la bête", je Vous vois comme un Maitre qui m'a tendu la main lorsque j'ai fait mon burnout, mon Phare dans la nuit. J'ai vraiment besoin d'être guidée tout le temps et ces dernières semaines sont une bouffée d'air frais.» 

Maitre voulait fixer les limites et j’ai répondu : «aucune». J’avais décidé de porter mon collier tout le temps à la fin de mes congés. A partir de ce jour, je passais en 24/7 dans ma tête. J’ai laissé Maitre réfléchir sur le sujet de la soumission, sur l’intensité de celle-ci avant d’oser lui demander. 

J’ai repris le 10 avril dernier l’écriture de mon journal, en abandonnant la version numérique pour le cahier. Le cahier a un côté pratique, je peux l’emmener (presque) partout et j’aime le toucher sensuel du cahier neuf. Me voir écrire mes pensées est une libération, je suis consciente des mots que je choisis, écrire, raturer est plus vivant que d’appuyer sur un clavier... 

Je mets des mots sur mes maux, tout s’organise dans ma tête et me conforte toujours plus dans la poursuite M/s. La semaine dernière, dès que l’activité baissait, je prenais un stylo et une feuille et j’écrivais. Un matin, une collègue me demanda ce que je notais, la réponse a fusé, sans réfléchir : je fais une thérapie par l’écriture. C’est vraiment une thérapie. 

J’ai écrit quasiment tous les jours dans mon journal intime, des articles de plus en plus longs, moins axés sur ce qui se passait mais sur mes états d’âme. Au moment du coucher, je le Lui remettais. Il pouvait lire mes pensées, mon ressenti, cette lecture Lui a beaucoup appris. 

J’accepte enfin qui je suis, ce que je deviens, ce que je veux être. J’accepte mon corps, avec ses vergetures et ses quelques rondeurs. Je n’ai plus honte de moi, j’ai fait un grand pas et je peux dormir nue, pour le plaisir de Maitre. Avant ça, même en été, en pleine canicule, j’avais la chemise de nuit et la culotte. 

Pendant que j’étais au boulot, Maitre lisait le blog d’Amazone et Il m’envoyait régulièrement des articles, Il me disait nous retrouver dans la description de leur relation. 

Mon changement psychologique a pris moins de quinze jours, Maitre est impressionné tous les jours de la puissance et de la rapidité de ce changement. Mes capacités à encaisser la douleur du martinet, de la cravache et à transformer cette douleur en plaisir L’impressionnent encore plus. 

Ma bonne humeur et ce changement positif sont contagieux : Maitre a commencé son changement, Il peut accepter enfin d’être Dominant un brin sadique. Il est plus détendu car il n’y a plus de conflits dans sa tête. Il a dit aux enfants de ne plus me casser les pieds pour avoir quoi que ce soit, qu'ils viennent Lui demander directement. 

Lorsque j’ai vu mon médecin traitant pour le suivi psychologique, elle m’a demandé comment je me sentais moralement et physiquement. Je ne lui ai pas dit que j’allais bien mieux parce que j’étais Soumise, mais que nous avions trouvé un mode de fonctionnement familial et personnel qui me convenait parfaitement. Elle m’a dit que je pouvais commencer à diminuer progressivement la prise d’antidépresseurs. 

Je suis contente, les efforts que nous avons faits portent leurs fruits. Mes réflexions quotidiennes m’ont donné envie de discuter avec d’autres Soumises, de rencontrer d’autres couples pour partager leurs expériences. 

J’ai réussi à cerner mes envies, dompter la Timide, libérer la Femme et révéler la Soumise. 

Merci Maitre pour cette Re-Naissance.

Je Vous aime

Votre Soumise novice Dana

Les premiers Pas

Ce billet sera en deux parties

La première partie va de début janvier et ses bonnes résolutions jusqu'au 24 février 2018.

Dans les bonnes résolutions, il y avait prendre soin de mon corps. J’avais repris le sport et je souhaitais rendre unique mon corps. Je rêvais depuis des années de tatouages et de piercings. Les tatouages étant hors de portée de notre portefeuille dans l’immédiat, j’optais pour les piercings. J’avais envie de plusieurs piercings aux oreilles, d'un piercing lingual pour donner de nouvelles sensations lors de gâteries et Maitre m'a suggéré le piercing du triangle (autour du clitoris). Il s'est occupé de trouver un bon pierceur en ville et Il a pris rendez-vous pour moi le 13 janvier. Nous avons casé les enfants chez leurs grands-parents avant de partir en ville tous les deux. Il faisait très froid, un vent glacial soufflait et pourtant j'ai accepté de porter une robe, d'être à nouveau belle et désirable pour mon mari. Je n'avais aucune appréhension sur la douleur, si ça se passait mal etc. Je n'étais même pas stressée lorsque nous avons franchi la porte du magasin. Le pierceur m’a d'abord fait le piercing lingual, j'ai eu du mal à gérer la douleur et j'ai fait un malaise vagal. Après avoir repris connaissance, il m'a demandé si je souhaitais continuer et faire le piercing du triangle ou de le remettre à une prochaine fois, vu le malaise que j'avais fait. Je n’ai pas flanché, j’ai confirmé de me faire le piercing du triangle tout de suite après. La douleur de l'aiguille transperçant mes lèvres était très intense mais moins que lorsque la sage-femme a enlevé mon stérilet. Je n'ai pas fait de malaise vagal. J’ai juste eu du mal à marcher correctement quelques jours. Mon mari n'en revenait pas d'avoir surmonté la douleur des aiguilles à des endroits aussi sensibles. J’étais fière d'être allée jusqu'au bout de mes envies.

La cicatrisation s'est très bien passée, je n'ai pas eu de complications. Le repos était obligatoire, pas de sexe pendant une semaine et pendant ce temps, mon Maitre a commencé à rédiger un contrat Maitre / Soumise.

Le 31 janvier, nous avons lu ensemble le contrat, c'était très excitant. Je n’avais pas d’idées ou d’envies particulière pour les moments de sexe mais j'aime énormément l'idée de jeux de rôles, Maitre a beaucoup d'imagination et ça m'amuse de jouer le jeu. Cette relation allait sur une pente coquine, délicieuse, excitante à volonté. C’est encore plus excitant de cacher ce jardin des péchés, de tisser des liens encore plus fort avec ce côté « plus » qu'offre le BDSM. Mmmmmh, j'adore !

Le fait d'incarner un personnage me permettrait de lâcher tout ce que je n'osais dire ou faire depuis longtemps (pénible inconscient -_-). Le collier de velours fait maison était sympa, je l'ai bricolé avec un bout de ruban et une breloque en forme de D, comme Dana, douce, désirable, débutante... Je l'ai mis de suite, je devais repousser mes limites sur les non-dits et cette absence de la masturbation (poids de l'éducation, ne jamais parler de sexe en famille ou entre filles...). Ne pas avoir eu de relation ado ne m'aidait pas, je devais avancer pour renaître Moi 2.0.

J'aimais beaucoup le côté BDSM pour apprendre à lâcher prise, moi qui ne supporte pas l'imprévu et l'inconnu.

Pour tester mes limites, Maitre avait prévu le samedi suivant pour faire du shopping tous les deux. Il m'avait envoyé par mail les consignes, cela m'avais bien émoustillée et j’avais (presque) respecté ce qu’il me demandait. J'avais envoyé une photo alors que je ne devais pas.

Première étape, le magasin de sport au rayon équitation pour acheter une cravache pour nos jeux. Le trajet s'est plutôt bien passé, sauf qu'à force de marcher, le rosebud a commencé à glisser, je l’avais chuchoté à Maitre mais il ne m’a pas entendu (surdité partielle + brouhaha). Nous sommes arrivés à temps à la caisse automatique, le plug est tombé dans un gros bruit et je l'ai caché derrière mes pieds. Quel moment de solitude ! Le vendeur n'a rien vu ni entendu, personne n'est venu nous chercher à la sortie pour demander ce que l'on cachait dans le sac de Maitre... Je me souviens de la tête de la cliente derrière nous, elle avait bien entendu le bruit sourd du plug , ce regard « mais qu'est-ce qu'ils font ? » et ma figure rouge de honte... (Maintenant, chaque fois que je reviens dans ce magasin de sport et que je vois cette caisse automatique, j'ai une pensée et un sourire rêveur, quelle folle journée !)

Nous sommes ensuite allé dans un magasin de vêtements, j'ai fait de l'essayage de petites robes noires pendant que Maitre me regardait en train de me déshabiller, avec les pinces à tétons sous ma robe. Nous avons acheté 3 robes, 2 paires de ballerines et des soutifs de sport pour protéger mes prochains piercings. Nous avons également acheté des bougies pour la soirée.

Le retour à la maison a été sage, plein de promesses. Une fois les enfants couchés, j'ai filé à la douche puis je suis allée lire la suite des instructions. J'ai envoyé ensuite un message pour dire que j'étais prête. Maître est venu me chercher et m’a attachée à la porte, les bras au-dessus de la tête. La séance a commencé avec la nomination des fautes et oublis, avec des petits coups sur les fesses, ça piquait légèrement et ça m’excitait beaucoup. Etant petite, j'ai eu des fourmis dans les bras et les mains avant d'avoir mal aux fesses. Maitre m’a détachée avant de me prendre dans ses bras.

Il m’a allongée sur un drap et m'a fait un massage très sensuel, bienvenu après une longue journée. J’ai compris ensuite pourquoi il avait acheté des bougies, ce n’était pas QUE pour l’ambiance. La première goutte de cire m'a fait tressaillir de surprise lorsqu’elle est tombée sur mon dos. Maitre a versé de la cire sur tout mon dos et mes fesses. C’était entièrement nouveau pour moi, cette sensation de chaud, sans brûler la peau. Le contact du glaçon posé ensuite sur ma peau m’avais fait frissonner de plaisir. Il tâtait de temps en temps mon sexe dégoulinant et affichait un sourire satisfait. Il m’a ensuite enlevée la cire et demandé de me mettre sur le dos, les jambes repliés. Il m’a stimulé vigoureusement le point G, j’ai fait la fontaine comme jamais. Il m’a dit de le motiver avec mon nouveau piercing avant de me prendre. La pénétration a été voluptueusement soulageante pour mon sexe surexcité.

Nous avons passé un agréable moment, une très bonne soirée pour moi, j’accepterai volontiers d'autres séances.

Nous avions défini que chaque fois que j'étais dans de bonnes dispositions, je mettrai mon collier de velours : nous n'avons jamais été aussi proches depuis ... une éternité ? Je Le sentais accro à mon corps, à mon état d'esprit en harmonie avec Lui. Je sentais que nous retombions amoureux l'un de l’autre. Je m'acceptais enfin comme une personne « hors normes » avec mon syndrome d’Asperger, et je ressortais du placard celle que j'avais été plus jeune, celle qui s'habillait comme elle voulait, pourvu que ce soit en noir, et qui affirmait et assumait sa différence.

Je me sentais mieux dans ma tête donc dans mon corps et je marquais ma différence en commençant par des piercings. Je le sentais amoureux, raide dingue et expérimenter de nouvelles choses avec lui me rendait très amoureuse ; pas comme au premier jour, mais comme deux personnes qui se redécouvraient après plusieurs années de vie commune. Je voulais tester ce corps, connaître de nouvelles sensations et savoir où étaient mes limites physiques et psychologiques dans l'acceptation de la douleur avec le plaisir.

10 février, nous retournions en ville pour le contrôle de la cicatrisation de la langue. Nous avions pris le métro pour éviter la circulation et au retour, je lui écrivais tout ce qui me passait par la tête et des bêtises sur les passagers de la rame :

Je suis toute excitée à l'idée de tester ma nouvelle bille sur ton sexe gonflé.
Si on ne peut pas parler, on peut lire.
Je commence à mouiller ma culotte en t'écrivant des pensées cochonnes.
Es tu excité par ce que j'écris ?
Je me marre en imaginant les gens du métro à poil et pratiquant le sm
Surtout la mamie en face de nous , le puceau coincé à côté de la porte….
Les femmes musulmanes voilées en dom…. Mmmmmh
On aura du temps pour nous en rentrant ?
Ou rdv 21h30 ? A coups de sextos ?
La grande est en train de geeker. Je vais te faire un truc avec ma langue, tu vas en redemander
La dame avec son poireau fouette les fesses du gars triste

Ça l'a bien fait rire ! En arrivant dans la voiture, Il m'a lancé un défi : enlever ma culotte et ma brassière avant que l’on ne soit arrivés à la maison ; je l'ai fait plus vite qu'Il ne le pensait. Le lendemain j'ai testé avec lui le découpage de fringues, je l’avais lu sur le forum et j’avais trouvé l’idée très excitante. J’avais mis un vieux pyjama moche puis il m'a attaché sur la chaise et a découpé les habits, m'a fessée de plus en plus fort, jusqu’aux larmes (il a culpabilisé après la séance), puis sexe à gogo, maxi jouissance. J’étais épuisée, vidée, très heureuse (j'adore ces soirées fessées), c’était très excitant, j'en étais toute ... (pas de mots).

Tout s'est bien passé jusqu'à ce soir du 18 février où nous avons affronté une tempête. Une incompréhension, trop d'hésitation, impossible d'exprimer ce que je ressentais.

La nuit a été difficile, avec ce sentiment d'échec et de déception, mais nous nous sommes réconciliés sur l’oreiller le lendemain (Maitre n'est pas rancunier et ne s'attarde pas sur des problèmes faciles à résoudre par une simple discussion)

Le weekend suivant, nous avions casé les enfants chez leurs grands-parents pour une nouvelle sortie à deux, au cinéma avec des défis à relever. Chaque jour par mail, je recevais une phrase mystérieuse (indices sur le déroulement du WE). Les consignes concernant une partie de la tenue sont arrivées la veille. De nouvelles instructions, sous forme d'enveloppe posée sur mon clavier le matin du 24 février. J'ai passé la matinée à Lui obéir et à relever les défis qu'Il me lançait. Une matinée pleine de rires, de complicité et de sensations !

J’avais reçu les consignes d'habillement par mail pour l'après-midi et je devais l'attendre dans le hall jusqu'à ce qu'il m'envoie un message pour le rejoindre dans la voiture. Nous avons eu un contretemps avec la voiture, du coup, les consignes de la troisième enveloppe ont été mises de côté (nous devions nous rendre dans un sex-shop).

Maitre m'a demandée de prendre l'enveloppe dans la poche du siège passager. Les consignes concernaient la file d'attente du cinéma et le cinéma, sauf que le problème de voiture a bouleversé le timing et la situation n'a pas permis de les suivre. Pareil pour le cinéma (trop de monde). Qu'à cela ne tienne, nous avons regardé le film, main dans la main, simplement agrémenté du plug métallique et des boules de geisha.

À la fin du film, il m'a donné une cinquième enveloppe. Un défi de plus avant de monter dans la voiture. Ce soir-là, le froid était glacial et le temps de fumer sa clope, il y avait de plus en plus de monde, rendant la réalisation du défi impossible. J'ai cependant suivi avec brio les consignes que l'enveloppe indiquait, dans la voiture.

Une sixième enveloppe m'attendait dans la poche arrière du siège conducteur. Elles concernaient le retour à l'appartement : à nouveau une réussite ! J'ai passé une journée exceptionnelle, pleine de défis pour pimenter, bien que l'accumulation de petits contretemps l’ait fait douter (c'est un perfectionniste, tout doit fonctionner sans problèmes), suivie d'une soirée pleine de sensations. Je recommencerai volontiers ces journées surprise, j'ai vraiment apprécié d’être guidée, maintenue dans le mystère jusqu'à la dernière minute et recevoir des consignes surprises.




J’ai mis plus d'un mois pour écrire le compte-rendu de cette sortie ciné, c'est pour ça que mon Maitre m'a obligée à le publier.

Je demande pardon pour le délai d’écriture, de m'être laissée noyer ensuite par des soucis.

Je remercie mon Maitre pour cette chance.

Je remercie mon Maitre d'accepter d'être mon Maître et Le remercie de faire de moi sa Soumise.




Je Vous aime Maitre Fox

Votre Soumise novice Dana



Le Chemin


Encore un blog de soumise BDSM ? 

Est-ce parce qu'elle a vu/lu 50 nuances de Grey ? Non, ni vu ni lu. C’est un cheminement personnel, accompagné de mon amoureux. Il partage ma vie depuis presque 20 ans, je l'ai rencontré lors d'une soirée entre potes. J’étais très timide et pourtant, lorsqu'Il est arrivé, je savais que c'était Lui. J’avais 22 ans, Lui un an de moins. 

Nous sommes vraiment différents dans nos loisirs : Il aime les jeux de rôles et les jeux PC, la Science. J'aime créer des miniatures, la couture, l'histoire (costumes, société, comportement humain...), la Science aussi (les neurosciences). Une Passion nous réunit, c'est la culture japonaise au sens très large, du manga au jardin zen, en passant par la culture si différente de la nôtre. Nous avons nos loisirs d’un côté, sans s’envahir, et notre Amour. Et une curiosité de tout, une soif de savoir. 

N'ayant aucune expérience sexuelle avant Lui (pas de copain ou copine, pas de cliquage de bouton, même pas un bisou volé) j'avais soif de découverte et de sexe. Cinq ans plus tard, nous sommes devenus parents. J’ai eu une dépression postpartum XXXL et j’ai eu du mal à m’en sortir, malgré Son soutien. 

Nous avons toujours discuté de tout, sans tabou, et un jour nous avons évoqué les sextoys, tout le monde en parlait, même au journal TV ! Il m'a donc acheté mon premier gode en silicone, tout doux et souple. Nous avons aimé jouer avec, mais je ne l'ai jamais utilisé seule. Je L'ai fait changer d'avis sur la sodomie (découverte d'un plaisir!). Nous aimions toujours le sexe, mais ce n’était pas toujours compatible avec la parentalité et mon boulot physique en horaires décalés. 

La routine s'est installée, parfois « perturbée » par l'achat d'un nouveau sextoy, une sortie à deux au salon de l'érotisme, l'arrivée du petit deuxième... 

Avec le temps je me suis laissée aller physiquement, avec des tenues pratiques, pas toujours sexy, les kilos qui s'installent au fil des ans... 

Avril 2016, deux événements majeurs me remettent en question sévèrement : je découvre que j’ai le syndrome d’Asperger et je perds ma place au taf. Il n’y a pas eu de groupe de travail sur les risques psycho-sociaux par rapport à cette réorganisation brutale .J’ai perdu tous mes repères comme le découpage en tâches bien définies de mon travail, mes collègues... 

Mon Chéri est fan d’arts martiaux, Il faisait des recherches sur des armes de samouraï lorsqu’Il est tombé sur une vidéo d’encordage. Il a été très intéressé, s’est renseigné sur le sujet car Il ne connaissait pas du tout cet art japonais. Ensuite Il m'en a parlé et je me suis laissé tenter, piquée par la curiosité. Peu de temps après, Il a acheté cinq cordes en coton, c'était l'année dernière.

J’ai aimé être encordée, le toucher un peu rugueux des cordes, le frottement de celles-ci sur ma peau... J'ai apprécié l’étreinte des cordes, l'ambiance feutrée avec une musique zen. Ça m’a vidé l’esprit des soucis envahissant du taf. Je Lui ai fait confiance de suite, connaissant son perfectionnisme (Il s'est entraîné sur Lui en regardant pendant des jours les maîtres allemands de Shibari). L'année s'est écoulée, avec des hauts et des bas et les congés d'été ont été salutaires pour moi. Nous avons passé des vacances en famille, tranquilles, reposantes, au fin fond de la Bretagne, en retrait de la civilisation bruyante de la ville grouillante où nous habitons. 

Le retour au travail a été le début de l'enfer pour moi, le bénéfice des congés a très vite disparu... Pour faire vite j'ai fait un burnout professionnel, familial et personnel. Mon médecin m'a mise en arrêt de travail et m'a conseillée de sortir marcher au moins une heure par jour pour me vider la tête. 

En discutant avec mon mari, je me suis inscrite à un club de sport. Ça m'a fait du bien sur tous les plans. J’ai profité de ce temps libre forcé pour lire mon magazine préféré (Causette) et ce hors-série acheté au début de l'été sur les Fantasmes Un passage m'a marqué dans un des articles : 

« [...]Ne laissez pas gagner ceux qui estiment qu’on ne peut pas être une digne descendante de Simone de Beauvoir si on porte des jupes ras le bonbon, qu’on s’épile ou qu’on aime le sexe. Non les femmes libres s'accorde à le dire : est féministe celle qui s'autorise à jouir sans entraves et qui le souhaite aux autres. D’ailleurs cette petite main fermement claquée sur votre pétard, dites-vous bien qu’à la seconde où vous la réclamez (avec ou sans mots) c'est en fait vous qui commandez » 

Ce passage de la fesse cachée de la féministe a fait tilt. Fou amoureux de moi, il a toujours dit qu’Il ne lèverait jamais la main sur moi. Un soir de sexe, je Lui ai demandé de me taper sur les fesses, ça m'a fait mouiller comme une dingue et Il l'a très bien senti. La petite fessée l'a fait culpabilisée, Il avait osé taper sa femme. Cette culpabilité n’a pas duré longtemps, pour mon plus grand plaisir. 

Toujours avide de connaissances, Il a continué ses recherches sur le Shibari et a noté à de nombreuses reprises que le shibari était en lien avec le BDSM. Ne supportant pas de rester dans l'ignorance, Il a étudié le sujet à fond pendant des jours. Tous les articles, témoignages lus parlent du lien très fort entre les partenaires, la confiance, le dépassement de soi et la recherche du plaisir. 


Puis arrive 2018 et son lot de bonnes résolutions : 

  • Pour moi : continuer le sport, avancer dans la vie, cesser de ruminer sur des futilités, changer ma garde-robe et prendre soin de moi et de mon mari ; 
  • Pour Lui : diminuer la clope, s'occuper un max de la maison (Il en faisait déjà pas mal), trouver du temps pour se retrouver tous les deux. 
Nous en avons parlé longuement, Il se sentait en harmonie avec la philosophie BDSM, je cherchais encore des repères, la thérapie de groupe (suite à ma dépression) m’a fait beaucoup réfléchir. J’avais tant besoin de Lui, toujours présent, mais le désir sexuel était faible, miné par la dépression. J’ai commencé aussi à lire ces articles qu’Il m’envoyait par mail. Depuis, nous avons franchi le cap : découvrir le BDSM et ses pratiques, trouver chaussure à notre pied et explorer cet univers ensemble.

Les 10 Règles du Maitre



Premières règles posées :

1 - Pas de sous-vêtements en présence du Maitre, dans la mesure du possible.


2 - Dormir nue, hors exceptions et menstruations.


3 - Vouvoiement hormis en public, famille et proches "vanilles" et devant les enfants.


4 - Rendre compte au Maitre de tout changement d'état d'esprit : négatif, doute, remise en question. Le blog est un moyen autorisé pour communiquer ce genre de choses, mais ça ne doit pas trainer.


5 - Franchise absolue et honnêteté totale.


6 - Tenir le blog à jour.


7 - Tenir le journal intime à jour.


8 - Continuer ensemble la vie vanille concernant les enfants, les rares tâches domestiques qui m'incombent, etc ... tout en gardant à l'esprit à qui Tu appartiens.


9 - Port des boules de geisha à la maison pour le plaisir et muscler le périnée.


10 - Une masturbation solitaire obligatoire par jour - avec ou sans sex toy - ayant pour objectif de jouir et d'avoir un orgasme.





Ce sont les Règles de mon Maitre, écrites pour sa Soumise Dana et qui s'appliquent uniquement à elle.
Elles sont applicables dès lundi 23/04/2018 et il est très probable que d'autres Règles de Vie se rajoutent à celles-ci.
Je dois les apprendre par cœur et les respecter.
Le proverbe Cherokee a été trouvé sur le blog de Soumise Amazone (blog que je vous conseille vivement, ainsi que celui de Soumise Anaëlle qui m'a ouvert les yeux sur un monde nouveau)

Je Vous aime, Maître Fox

Votre Soumise novice Dana


Les 12 Règles de la Soumise






I - Une Soumise ne râle pas

 II - Une Soumise ne contredit pas

 III - Une Soumise ne réclame pas

IV - Une Soumise ne revendique pas

 V - Une Soumise ne conteste pas

 VI - Une Soumise ne rigole pas

 VII - Une Soumise n'allume pas

VIII - Une Soumise ne renâcle pas

IX - Une Soumise ne doute pas

 X - Une Soumise ne recule pas

 XI - Une Soumise ne boude pas

 XII - Une Soumise n'oublie pas




Je Vous aime, Maître Fox
Votre Soumise novice Dana

Edit du 21/04/2018 :
Ces règles de la Soumise sont les Miennes que je me suis fixées


Blog en cours de création




Ce blog est en cours de création, il fait partie des demandes de Maître Fox.
Il est le reflet de mon journal intime, je vous en ouvre les pages., je partage mes expériences et mon ressenti.
J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j'en ai à lire d'autres blogs de Soumises.

Dana, Soumise novice de Maître Fox