Le Chemin


Encore un blog de soumise BDSM ? 

Est-ce parce qu'elle a vu/lu 50 nuances de Grey ? Non, ni vu ni lu. C’est un cheminement personnel, accompagné de mon amoureux. Il partage ma vie depuis presque 20 ans, je l'ai rencontré lors d'une soirée entre potes. J’étais très timide et pourtant, lorsqu'Il est arrivé, je savais que c'était Lui. J’avais 22 ans, Lui un an de moins. 

Nous sommes vraiment différents dans nos loisirs : Il aime les jeux de rôles et les jeux PC, la Science. J'aime créer des miniatures, la couture, l'histoire (costumes, société, comportement humain...), la Science aussi (les neurosciences). Une Passion nous réunit, c'est la culture japonaise au sens très large, du manga au jardin zen, en passant par la culture si différente de la nôtre. Nous avons nos loisirs d’un côté, sans s’envahir, et notre Amour. Et une curiosité de tout, une soif de savoir. 

N'ayant aucune expérience sexuelle avant Lui (pas de copain ou copine, pas de cliquage de bouton, même pas un bisou volé) j'avais soif de découverte et de sexe. Cinq ans plus tard, nous sommes devenus parents. J’ai eu une dépression postpartum XXXL et j’ai eu du mal à m’en sortir, malgré Son soutien. 

Nous avons toujours discuté de tout, sans tabou, et un jour nous avons évoqué les sextoys, tout le monde en parlait, même au journal TV ! Il m'a donc acheté mon premier gode en silicone, tout doux et souple. Nous avons aimé jouer avec, mais je ne l'ai jamais utilisé seule. Je L'ai fait changer d'avis sur la sodomie (découverte d'un plaisir!). Nous aimions toujours le sexe, mais ce n’était pas toujours compatible avec la parentalité et mon boulot physique en horaires décalés. 

La routine s'est installée, parfois « perturbée » par l'achat d'un nouveau sextoy, une sortie à deux au salon de l'érotisme, l'arrivée du petit deuxième... 

Avec le temps je me suis laissée aller physiquement, avec des tenues pratiques, pas toujours sexy, les kilos qui s'installent au fil des ans... 

Avril 2016, deux événements majeurs me remettent en question sévèrement : je découvre que j’ai le syndrome d’Asperger et je perds ma place au taf. Il n’y a pas eu de groupe de travail sur les risques psycho-sociaux par rapport à cette réorganisation brutale .J’ai perdu tous mes repères comme le découpage en tâches bien définies de mon travail, mes collègues... 

Mon Chéri est fan d’arts martiaux, Il faisait des recherches sur des armes de samouraï lorsqu’Il est tombé sur une vidéo d’encordage. Il a été très intéressé, s’est renseigné sur le sujet car Il ne connaissait pas du tout cet art japonais. Ensuite Il m'en a parlé et je me suis laissé tenter, piquée par la curiosité. Peu de temps après, Il a acheté cinq cordes en coton, c'était l'année dernière.

J’ai aimé être encordée, le toucher un peu rugueux des cordes, le frottement de celles-ci sur ma peau... J'ai apprécié l’étreinte des cordes, l'ambiance feutrée avec une musique zen. Ça m’a vidé l’esprit des soucis envahissant du taf. Je Lui ai fait confiance de suite, connaissant son perfectionnisme (Il s'est entraîné sur Lui en regardant pendant des jours les maîtres allemands de Shibari). L'année s'est écoulée, avec des hauts et des bas et les congés d'été ont été salutaires pour moi. Nous avons passé des vacances en famille, tranquilles, reposantes, au fin fond de la Bretagne, en retrait de la civilisation bruyante de la ville grouillante où nous habitons. 

Le retour au travail a été le début de l'enfer pour moi, le bénéfice des congés a très vite disparu... Pour faire vite j'ai fait un burnout professionnel, familial et personnel. Mon médecin m'a mise en arrêt de travail et m'a conseillée de sortir marcher au moins une heure par jour pour me vider la tête. 

En discutant avec mon mari, je me suis inscrite à un club de sport. Ça m'a fait du bien sur tous les plans. J’ai profité de ce temps libre forcé pour lire mon magazine préféré (Causette) et ce hors-série acheté au début de l'été sur les Fantasmes Un passage m'a marqué dans un des articles : 

« [...]Ne laissez pas gagner ceux qui estiment qu’on ne peut pas être une digne descendante de Simone de Beauvoir si on porte des jupes ras le bonbon, qu’on s’épile ou qu’on aime le sexe. Non les femmes libres s'accorde à le dire : est féministe celle qui s'autorise à jouir sans entraves et qui le souhaite aux autres. D’ailleurs cette petite main fermement claquée sur votre pétard, dites-vous bien qu’à la seconde où vous la réclamez (avec ou sans mots) c'est en fait vous qui commandez » 

Ce passage de la fesse cachée de la féministe a fait tilt. Fou amoureux de moi, il a toujours dit qu’Il ne lèverait jamais la main sur moi. Un soir de sexe, je Lui ai demandé de me taper sur les fesses, ça m'a fait mouiller comme une dingue et Il l'a très bien senti. La petite fessée l'a fait culpabilisée, Il avait osé taper sa femme. Cette culpabilité n’a pas duré longtemps, pour mon plus grand plaisir. 

Toujours avide de connaissances, Il a continué ses recherches sur le Shibari et a noté à de nombreuses reprises que le shibari était en lien avec le BDSM. Ne supportant pas de rester dans l'ignorance, Il a étudié le sujet à fond pendant des jours. Tous les articles, témoignages lus parlent du lien très fort entre les partenaires, la confiance, le dépassement de soi et la recherche du plaisir. 


Puis arrive 2018 et son lot de bonnes résolutions : 

  • Pour moi : continuer le sport, avancer dans la vie, cesser de ruminer sur des futilités, changer ma garde-robe et prendre soin de moi et de mon mari ; 
  • Pour Lui : diminuer la clope, s'occuper un max de la maison (Il en faisait déjà pas mal), trouver du temps pour se retrouver tous les deux. 
Nous en avons parlé longuement, Il se sentait en harmonie avec la philosophie BDSM, je cherchais encore des repères, la thérapie de groupe (suite à ma dépression) m’a fait beaucoup réfléchir. J’avais tant besoin de Lui, toujours présent, mais le désir sexuel était faible, miné par la dépression. J’ai commencé aussi à lire ces articles qu’Il m’envoyait par mail. Depuis, nous avons franchi le cap : découvrir le BDSM et ses pratiques, trouver chaussure à notre pied et explorer cet univers ensemble.

2 commentaires:

  1. Un magnifique article Dana, très bien écrit, avec le cœur, en toute simplicité et humilité. Ce cheminement n'est pas le mien, et pourtant je m'y plonge totalement et me reconnais dans certains points, comme la dépression postpartum et la difficulté de s'en remettre véritablement, ou l'exceptionnelle capacité de nos Maîtres à apprendre, découvrir et avancer sur ces pratiques qui les ont interpellés.
    Merci pour ce partage sans fards, l'honnêteté et la sincérité sont d'immenses qualités.
    Mes humbles salutations à Maître Fox et une belle journée à toi !
    Sincèrement,
    élerinna, kajira d'Elendil

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Elerinna,

    Je suis très touchée par ton commentaire, car ce sont les tiens sur les blogs d'Anaëlle, Amazone, Elenna, Sakura... qui m'ont fait avancer dans mes réflexions. J'avais commencé cette introspection il y a déjà 2 ans, et ces 6 derniers mois m'ont confirmée dans mes choix.
    J'ai la chance que Maitre se soit intéressé au BDSM et soit ouvert d'esprit, cela nous a apporté que du positif à ce jour.
    Des bisous à paillettes pour toi, avec tout mon respect pour votre chemin parcouru
    Mes plus humbles respects à Maitre Elendil

    Dana

    RépondreSupprimer