Découverte du Fouet




“Séance déterminante Samedi soir. Prépare Toi bien, je vais Te pousser loin. Je vais tester Ta volonté, Ta détermination d'être ma Soumise. Tu vas découvrir le Maître comme il sera, et Tu sauras alors si Tu Te sens capable de le suivre ou non.
N'oublie pas qu'une Soumise qui se donne corps et âme accepte tout ce que son Maître décide, y compris avec un fouet à la main ! Garde ça en tête pendant la séance !
Et prépare Toi bien mentalement, je préfère Te prévenir que Tu vas douiller ! Pas très longtemps, mais suffisamment pour que Tu le sentes passer !
Je Te communiquerai des détails par mail.
Je T'aime
Ton Maître.”


Après ce mail, Maitre m’a envoyé les consignes pour la séance : maquillée, nue juste avec mon collier de Soumise et mes talons hauts. Pas de bijoux hormis le rosebud et les boules de geisha.

Une fois les enfants couchés, je suis allée me préparer pendant que mon Maître sortait les accessoires et les disposait sur la table. Lorsque je suis arrivée dans le salon, Maitre a pris quelques photos en me demandant des poses précises. Il m’a demandé de me tourner et de me pencher, les mains appuyées sur le mur. Maître a donné les consignes et m’a fait réciter mon safeword et les codes couleurs.

Le martinet en daim et ses multiples lanières ont commencé à parcourir mon dos, mes fesses, mes cuisses, frappant doucement puis de plus en plus fort. Maître s’est arrêté et m’a dit que ça faisait 30 coups; Il voulait savoir comment je me sentais : très bien, pas de gêne ni d’inconfort, j’étais prête à continuer. 
Maitre chauffa mes fesses avec ses mains, pour étendre les zones et travailler la peau pour la suite. Je reçus 25 fessées bien appuyées. Toujours ok, toujours excitée et prête à continuer, même s’Il m’a répété que la séance allait être dure et intense. 
Maitre reprit le martinet et diminua le nombre de brins pour un côté plus cinglant et plus appuyé; je ne comptais pas, je sentais mon excitation monter. Je vibrais avec la musique, sans l’entendre vraiment.

A chaque changement d’instrument, Il se penchait vers moi pour me demander mon code couleur et si ça allait. J’avais le corps bien chaud, j’étais bien et côté intensité, jaune après 50 coups de cravache (ma préférée) et 25 de badines (ma détestée).
Maître m’a ordonné de me redresser et de tourner sur moi même pour admirer les marques rouges sur mon corps. Il me demanda d’enlever mes talons hauts, je n’arrivai pas à le faire seule, j’étais toute pantelante, je ne tenais pas du tout en équilibre. Maitre m’enleva les chaussures en voyant sa Soumise incapable de lever un pied sans tanguer et vaciller.

Il me passe les attaches aux poignets et fixe les anneaux à la fixation. Il fait glisser sur mon dos ce nouvel instrument, tout doux au toucher, comme du velours. Il me fouette tout le corps, des épaules aux cuisses, avec plus ou moins d’intensité. Maître s’arrête et m’annonce 25. Le velours est piquant, j’aime beaucoup, c’est vraiment différent de tous les autres instruments. Il me demande si je souhaite continuer car Il va augmenter le rythme et la puissance, Il veut connaître et repousser mes limites.

Les coups et leur intensité augmentent, je me dandine, danse sous les coups, la douleur pique sous l’impact et se diffuse rapidement. Maître varie les endroits, le rythme, l’intensité, ma respiration s’accélère, j’en veux encore ! L’extrémité du fouet mord ma peau régulièrement au même endroit. La configuration de notre appartement fait que nous n’avons pas d’autres possibilités d’attaches.

Le cracker finira par avoir raison de la douleur, je finis par arriver dans le “rouge”. J’ai senti les larmes monter, je n’ai pas envie de pleurer parce que j’ai mal, non, je déverse le surplus d’émotions. Je ne retiens pas mes larmes, je les laisse couler sous le bandeau, glisser le long de mes joues, je suis heureuse, je suis très bien. Maître continue encore un moment (25 coups de fouet, précision qu’il me donnera après). Mes fesses devenaient brûlantes, tout comme mon désir. J’étais prête à me laisser emporter.

Maître me détache, je ne tiens pas debout, je suis perchée sur mon nuage à paillettes. Je me sens prise de vertiges mais je suis bien, je suis sur la pente du Nirvana. Maître me dépose sur le canapé et prend quelques photos avant de me câliner pendant que je me remet de mes émotions. Il me dit alors qu’il accepte d’être définitivement mon Maître, mes larmes coulent, je suis heureuse. Mon sexe est détrempé, brûlant de désir. Je suis encore sur mon nuage à paillettes lorsque Maître se décide à m’honorer. Il me fera perdre tous mes points cardinaux, m’amenant à la fontaine et à de multiples orgasmes. J’ai fini épuisée, pantelante, les jambes vacillantes, le sexe et le corps en feu. Heureuse. Bien.

J’ai vraiment adoré cette séance avec le fouet, j’ai hâte de pouvoir le sentir à nouveau sur ma peau. Je sais que Maître trouvera une solution pour marquer tout mon corps et me faire partir dans cet “ailleurs qui n’existe pas”.


Je Vous aime au delà du raisonnable Maître

Votre Soumise novice, Dana.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire