Maître prend (enfin) Ses marques


Il y a quelques jours, une journée a été particulièrement éprouvante. Lever 6h30, je n’arrive pas à dormir quand il fait déjà très chaud le matin, et la lumière du jour naissant achève ma nuit. Aujourd’hui, c’est expédition en ville pour un suivi médical de notre grande.
Le lever de cette dernière est laborieux, il nous faut partir avant 8h pour pouvoir se garer au parking-relais. Hors de question d’y aller en voiture, je n’y supporte pas la circulation, où les lois de la jungle s’appliquent. Trajet pénible, consultation pénible (travaux d’extension bruyants). Un mal de crâne bien carabiné s’installe.
Une fois rentrées, le programme de la journée est fait : soin de mes cheveux puis courses. Problème, la chaudière est à l’arrêt, je me douche (trop) rapidement à l’eau froide. Je suis toujours fatiguée, cette matinée m’a épuisée nerveusement. Rien ne se passe comme prévu.
Maître me fait le soin des cheveux et s’occupe du problème de chaudière. Je n’ai pas remis mon collier en sortant de la douche pour ne pas le tâcher avec le soin de mes cheveux. Je m’embrouille avec Maître pour des futilités, il me trouve très égocentrée en ce moment. Je n’ai pas conscience de mes actes et paroles, et c’est un gros problème. Les paroles de Maître sont dures, je pleure d’incompréhension, de fatigue et de rage. Mon cerveau a zappé plein de choses et paroles que je n’aurai pas dû oublier. Je n’arrive pas à calmer mes pensées et je pique une colère : j’envoie tout valser et me réfugie dans le cellier pour pleurer toute ma rage et ma frustration accumulées.
Une fois calmée, je suis sortie récupérer mes affaires, je n’ai trouvé que mes lunettes. Pas de collier. Je me sentais nue et vulnérable, totalement désemparée. J’ai demandé à Maître de me le remettre, Il ne voulait pas, pensant que je n’en voulais plus. Bien au contraire, je me sentais en phase, bien à ma place de Soumise avec. Nous avons longuement discuté, je sentais que j’avais besoin de plus de sévérité, d’intransigeance, de règles pour ne pas m’éparpiller.
Maître m’a posé plusieurs fois la question “si c’était bien ce que je voulais”. J’ai répondu “Oui” à chaque fois; un “Oui” ferme, sans hésitations. Il a réfléchi et a discuté avec un Maître expérimenté (que je salue avec Respect) pour éclaircir quelques doutes. J’ai été contente qu’Il se tourne vers un Maître expérimenté pour avoir un avis sur Ses questionnements.
Il m’a ensuite remis mon collier, je me suis sentie apaisée.
Maître a donc durcit les règles, pour mon plus grand bonheur. Mis en place d’un cahier de punitions, pour comprendre où et quand j’ai manqué à mes devoirs, j’ai pris des notes dans un second petit carnet (Extrait d’Eva Delambre sur le lâcher-prise, mon Mantra écrit avec l’aide de Maître, les obligations, les rituels)
En écrivant, mon cerveau visualise les mots et je retiens mieux. Ce n’est pas une nouveauté, c’est comme ça depuis longtemps. Maître m’a donc obligée à utiliser cette capacité pour limiter “l’éparpillement”.
Il a pris conscience, grâce à Maître E., qu’Il ne laissait pas la place au Maître quand il le fallait, que l’Amoureux qu’Il est menait encore trop la danse. 
Il m’a dit : “C’est son assurance et sa liberté dans ses mots qui m’ont fait comprendre qu’il ne tenait qu’à moi de prendre le contrôle et de laisser le Maître s’exprimer, l’amoureux en sera ravi à terme”.
J’ai demandé s’Il pouvait être plus strict, et Il a accepté. C’est un soulagement pour nous deux. Il a pleinement accepté cette contradiction : la liberté dans le contrôle total de ma vie. J’aime vraiment cette Règle. Maître contrôle tout, mon emploi du temps, mes tâches, m’impose des Rituels. 
Je lui laisse libre accès à mon téléphone, mes e-mails, mon historique de navigation internet, car je n’ai rien à lui cacher. Il m’a répondu “Nous continuerons comme d’habitude, je te fais confiance ma belle, si tu me mens, tu trahiras ton engagement envers moi, et tu en ressentiras de la culpabilité, tu te puniras toute seule”. Je sais qu’Il garde quand même un oeil sur ce que je fais, “Je surveille toujours ma petite chose, je veille sur toi”.
Maître décide seul des séances et ne me dit plus rien dessus. Je souhaitais ne plus en être informée, c’est parfait comme ça. La surprise pouvant arriver à chaque instant, de jour comme de nuit, selon Son bon vouloir.
J’aime quand Il m’appelle “Sa petite chose (fragile)”, j’ai aussi aimé écrire sur ma cuisse “Propriété de Maître Fox”. Et ce numéro d’Esclave inventé et basé sur la date de naissance de Maître, inscrit sur mon bras gauche (109-121-978). J’ai déjà émis le souhait de devenir Son esclave, Maître n’est pas très chaud. Peut être plus tard, dans quelques mois ou années, selon notre évolution et Son consentement (aval ou accord ?).
Parmi les nouvelles règles, il y a l’entretien du Collier. Maître a récupéré les bijoux qu’Il a fait faire chez le bijoutier et a commandé les outils pour le travail du cuir qu’il Lui manquait. Je suis extrêmement touchée (le mot est FAIBLE) de porter bientôt le Collier dessiné et fabriqué par Ses soins. Je le porterai tout le temps, à la vue de tous. Sans honte ni gêne, bien au contraire; je me sens fière de montrer mon appartenance à mon Maître et mari. Il a commandé un autre Collier, plus discret, pour mettre lorsque je vais travailler. Quelle joie immense de porter un Collier de Muse que Maître a choisi pour moi.

Maître m’a parlé de la Cérémonie des Roses, en connaissant mon penchant pour tout ce qui est symbolique. Il sait que c’est quelque chose qui me fait envie. Ca signifierait la fin de mon noviciat, là où le Collier scelle notre lien. Je garde espoir. Ce jour là sera un bonheur absolu, autant si ce n’est plus que le jour de notre mariage.
Je pressens quelques anniversaires qui seront uniques et inédits : le dernier trimestre 2018 sera chargé d’émotions pour nous deux, Maître et Soumise.

J’apprends lentement mais sûrement la patience, je ne réclame plus, j’attend sagement les décisions de Maître. Ma place est à Ses pieds, à genoux sur mon coussin. J’aime cette place, le calme que cela me procure. Cette contradiction entre sévérité et apaisement.

Merci Maître pour tout ce que Vous faites pour Votre Soumise.

Je Vous aime au delà du raisonnable,

Votre Soumise novice, Votre petite chose.

Dana.

3 commentaires:

  1. Chère Dana,
    Un plaisir à lire, une bien belle évolution, qui comme souvent découle d'une difficulté. Bravo à vous deux de l'avoir aussi bien surmontée !
    Mes humbles respects à Maître Fox et à très vite ;-)
    Sincèrement,
    élerinna, kajira d'Elendil

    RépondreSupprimer
  2. Chère Elerinna,
    Merci beaucoup, c'est dur sur le moment et une fois analysé, le problème n'existe plus.
    Je suis heureuse de l'évolution effectuée depuis quelques mois, nous faisons un grand pas à chaque difficulté rencontrée.
    Mes humbles respects à Maitre Elendil (qui a bien aidé Maitre Fox ce jour-là), je ne manquerai pas de le remercier de vive voix. A très très vite ;)
    Très sincèrement

    Dana

    RépondreSupprimer
  3. Re-bonjour Dana,

    Tes articles montrent combien vous avancez, ensemble, affinant vos désirs/besoins/attentes, trouvant chacun vos marques et votre place. Des ajustements il y en aura tout le temps car nous évoluons sans cesse.

    Je comprends ton envie de te donner encore plus à lui, ton envie de découvertes, pour l'avoir moi-même ressenti. Peut-être êtes-vous prêt à franchir cette nouvelle étape ou peut-être est-il préférable d'attendre comme Maître Fox semble le penser.
    Il est préférable d'avancer doucement mais sûrement plutôt que d'aller vite et se prendre un mur. Et même si notre patience est souvent mise à l'épreuve ce qui rend si beau le chemin ce sont aussi ces différentes étapes qu'on franchit au fil du temps.

    Je t'embrasse et présente mes sincères respects à Maître Fox,
    Anaëlle

    RépondreSupprimer