mardi 5 juin 2018

Quand tout part en vrille





Aujourd’hui, nous allons en ville contrôler la cicatrisation de mes piercings aux tétons. Nous avons confié les enfants, la grande chez sa copine, le petit chez les grands parents.Maître n’a pas donné de consignes pour sortir en ville, juste porter les boules de geisha.. Tenue, chaussures, port ou non de culotte, rien d’imposé. J’ai choisi une petite robe en dentelle noire, des chaussures à hauts talons compensés, et point de culotte. Il fait déjà chaud, pas la peine d’en rajouter !

Nous rejoignons le métro en garant la voiture au parc relais, Maître admire mes fesses nues mises en valeur par les talons vertigineux. Je bénis l’inventeur de l’escalator intérieurement, toutes ces marches à descendre pour rejoindre le quai et mon équilibre parfois hésitant me font craindre une cheville tordue, voire la chute.
Avec ma tenue et mes hauts talons, j’attire le regard des passagers, je me colle amoureusement à Maître. Je serre les cuisses à m’en donner mal, le passager en face de moi mate mes jambes et cherche à voir ma culotte (que je n’ai pas). Les stations défilent, le wagon se remplit, le malaise de Maître est palpable, Il n’aime pas du tout le contact de la foule.
Nous arrivons à la station de changement, nous changeons de ligne de métro, plus que deux arrêts. Il fait chaud, même dans la rame, les odeurs se mélangent et m’incommodent. Nous descendons, soulagée de quitter cette rame aux odeurs marquées. Encore quelques marches et nous retrouvons l’air libre. Une vague de chaleur s’écrase sur moi, le soleil tape fort, il n’y a presque pas de vent.
Les trottoirs défoncés du centre ville et la foule des touristes sont un supplice pour garder une allure digne tout en marchant droit. Nous arrivons au salon du pierceur. A côté, un bar et un des clients me regarde intensément de la tête aux pieds. J’ignore son regard et pousse la porte en tenant la main de mon Maître.

Nous attendons quelques minutes, une jeune fille sort du cabinet, elle a de beaux tatouages sur les cuisses, bien visibles sous son short. J’envie son corps, mince, jeune et tatoué. Bientôt ce sera mon heure. Mes piercings aux tétons ont très bien cicatrisé, je demande à changer la taille de l’anneau du triangle, comme Maître me l’avait suggéré (un plus petit). Je suis toujours nue sous ma robe, j’enlève juste mes chaussures et m’allonge sur la table d’examen. Je viens de me souvenir que je porte les boules de geisha et que la tige rose fluo est bien visible … Le pierceur ne dit rien, se contente de changer l’anneau et de répondre à mes questions sur des piercings supplémentaires sur mes oreilles. J’en oublie les questions sur les snake bites (2 labrets) que je souhaite faire à la rentrée scolaire.

Le retour est long, écrasant de chaleur et de monde, nous apprécions ensemble la sortie à l’air libre au terminus du métro. je suis impatiente de la suite de notre sortie, Maître a prévu une séance au milieu de bois. Il a noté son programme et préparé le sac à dos, en le remplissant d’instruments et d’accessoires. Je n’avais plus qu’à suivre les consignes au fur et à mesure.

Arrivés à la maison, je passe à la salle de bains pour une toilette rapide et enlever les boules de geisha à la demande de Maître. Je change de robe et de chaussures, Maître attrape le sac à dos et direction la nature. Sur le trajet, Maître me tend un sachet et me dit d’insérer dans mon petit trou un truc qui sent le citron : le gingembre. Le fameux gingembre, Maître aime son goût et ses vertus; j’ai envie de tester le figging et ses sensations étranges. Après quelques galères et l’aide de Maître, je parviens à insérer le morceau de gingembre. Maître l’a pelé et taillé pour qu’il ne rentre pas en entier (façon rosebud).

Ca chauffe, c’est supportable. Nous avons fait la moitié du chemin, Maître me regarde m’agiter sur mon siège, je gémis doucement.
Les picotements se font plus intenses, je gémis un peu plus fort jusqu’à l’insupportable. Je supplie Maître de m’autoriser à enlever le gingembre, mon cerveau se met sur OFF, il n’attend pas la réponse et me voilà en train d’enlever le gingembre. Je sais que Maître n’est pas content, je n’ai pas attendu Sa réponse et les larmes montent déjà.
Je regrette déjà ce geste que je n’ai pas commandé. Maître me dit que vu que je n’en fais qu’à ma tête, la séance est annulée. Il fait demi tour. Il ne restait qu’un kilomètre ou deux. Maître est furax, mes larmes coulent, je cherche à comprendre ce qu’il s’est passé, je tente d’expliquer à Maître ce geste incontrôlable.
Il ne comprend pas du tout ce geste irrationnel.
Je suis déjà punie de séance, mais au fond de moi, je sens que je ne suis pas assez punie. Je m’autoflagellerai si Maître l’ordonnait pour expier cette faute. Les larmes coulent, je n’arrive pas à arrêter ce flot, je me noie dans l’hyperémotivité.
Je pleure de frustration, de rage, je me taperai la tête contre les murs si je pouvais revenir en arrière.

Les 24h suivantes ont été difficiles, mais nous ont permis de réfléchir. Je ne souhaite pas détruire ni mettre à terre ce début prometteur en changements (physique, mental, sexuel).
Maître a été déstabilisé, mais il m’a pardonné, j’ai été punie de séance, et Maître m’a forcée à supprimer une appli sur mon téléphone, parce que je passe trop de temps dessus selon lui. Ce n’est pas grand chose, mais ça complète un peu la punition.
Nous allons poursuivre notre chemin dans cette nouvelle vie.

Et comme Maître me l’a répété : "Pourquoi tombe t’on ? Pour apprendre à se relever."

Je vous aime, Maître, au delà du raisonnable.

Votre Soumise Novice

Dana

4 commentaires:

  1. Ah jolie Dana, ce genre de mésaventure nous est arrivé souvent à nos débuts, et nous arrive encore très occasionnellement aujourd'hui. Mais Maître Fox a raison, si l'on tombe, c'est pour apprendre à se relever, et les progrès qui suivent les chutes et autres remous sont bien souvent immenses.
    Courage à vous deux, de belles journées vous attendent...
    Mes humbles respects à Maître Fox, et un bisou pour toi si je le puis.
    Sincèrement,
    élerinna, kajira d'Elendil

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Elerinna,

    Ton message m'est d'un grand réconfort, je m'aperçois que je ne suis pas la seule à qui il arrive de trébucher...
    Lire votre chemin depuis plusieurs années m'aide à relativiser, l'erreur est humaine.
    Merci encore pour ton soutien et ton bisou,
    Mes humbles respects à Maitre Elendil, je t'envoie plein de bisous à pailettes
    Très sincèrement,

    Dana

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Dana,

    Je te lis avec plaisir, parcourant tout ton blog (merci pour lien !)

    Et cet article m'a rappelée nombres de souvenirs. Mêmes erreurs que toi (mais pas avec du gingembre. Je ne connais pas et vu ton trouble, j'imagine les sensations difficiles que cela procure !), mêmes sentiments dans l'après et émotivités au taquet.
    Comme le dit Elérinna, ces moments où l'on trébuche font partis du chemin. Et je confirme, les évolutions qu'ils apportent sont puissantes.
    Je trébuche encore souvent, Maître également. Et nous apprenons à chaque un peu plus sur nous et sur la relation.

    Si les Maîtres l'autorisent, je t'embrasse fort, avec beaucoup d'arcs en ciel pour illuminer ta journée,
    Tendrement,
    Amazone

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Amazone,

    Mon blog est vite lu, je n'ai pas autant écrit que toi XD, seulement 15 articles en 2 mois. Tes écrits m'aident à progresser dans mon statut de Soumise, comme tout ce qu'ont écrit aussi Anaëlle, Elerinna, $akura et Elenna.

    Les leçons que je retiens de ces "faux-pas" me permettent de grandir, de m'affirmer et de confirmer à Maitre que je le suis toujours sur le Chemin M/s.
    Chaque chemin est unique, comme les liens qui nous unissent à nos Maitres.

    Mes respects à Maitre Alpha, des bisous arc-en-ciel pour toi pour bien dormir
    Très sincèrement

    Dana

    RépondreSupprimer