Le Maitre et sa Soumise




Ce Samedi, c'est repos pour moi. Après 3 Samedis travaillés, j’ai enfin droit à un weekend complet de deux jours. Les enfants partent chez leur grand-mère.

Je réveille Maître selon notre petit rituel, avec une joie non dissimulée. Nous préparons la liste de course. Repas. Courses au supermarché, sous la chaleur accablante. Sans sous-vêtements, comme le souhaite mon Maître quand je suis en Sa présence. Nous nous rendons ensuite chez une amie pour passer l’après midi et se baigner dans sa piscine. Cette amie n’étant pas en mesure de comprendre notre relation, c’est retour au “Tu” et plus de “Maître”. Ce sont les règles qu’Il a fixées, pour le moment, et même si ça me perturbe un peu au fond de moi, je dois les suivre.

N’ayant pas pu aller au sport cette semaine, il était convenu que je fasse mes exercices, sous la tutelle de Maître, pendant l’après midi. Et pas de baignade complète, les piercings aux tétons étant toujours en cours de cicatrisation. La soeur de ma copine nous rejoint un peu plus tard. Je suis distraite, je ne fais pas correctement mes exercices et n’écoute pas attentivement Maître.
Il fait très chaud, même à la campagne et au bord de la piscine. Je descend les marches de la piscine, voyant les deux soeurs déjà dans l’eau. Je me dis que vu que je ne dois pas mouiller ma poitrine, je peux donc nager sur le dos, faire 2-3 aller-retours en dos crawlé.

Perdu, l’eau me mouille entièrement, malgré mes (légères) précautions. Maître ne dit rien car nous ne sommes pas chez nous. Je vois néanmoins qu’Il est mécontent et sors rapidement me sécher. Je file à la salle de bain nettoyer et sécher mes piercings. Trop tard, j’ai fauté.
Je ne cherche pas à prolonger notre visite et prend congé auprès de ma copine et sa sœur. Ma mère appelle au même instant et je lui demande de déposer les enfants à 18h30. Nous devions passer les récupérer, comme convenu le matin, mais j’ai préféré garder pour nous le temps libre restant. J’avais oublié d’en parler à Maître, ce qui n’a fait qu’accroître Son mécontentement.

Sur le trajet retour, Il me dit que mon comportement est insouciance, impertinence et que ça ne Lui plaît pas du tout? Je ne refoule pas les larmes, je pleure en baissant la tête car je sais quelles sont mes fautes.
Arrivés à la maison, Maître s’assoit sur son fauteuil, je me met à genoux devant Lui, sans réfléchir, mains sur les cuisses et tête baissée. Maître me réprimande, expliquant les raisons de son mécontentement, détaillant plus que dans la voiture. Il refuse de me punir sous le coup d’une émotion, Il choisira la sanction adaptée à tête reposée. Il m’ordonne cependant de Lui amener mon livre (Eva Delambre, Devenir Sienne - offert quelques jours plus tôt par Maître et que je lis avec grand plaisir). Je suis privée de lecture une semaine entière.
Punition psychologique plutôt que physique, plus “marquante” d’après Maître.
Malgré mes larmes et mon visage défait, je mouille un max. Ça dégouline le long de mes jambes comme les larmes le long de mes joues. Maître n’en croit pas Ses yeux, et encore moins son sens du toucher quand il vient vérifier avec Ses doigts. Il est très surpris (le mot est faible) car Il vient de se fâcher contre moi, je pleure comme une Madeleine et je suis détrempée.

Il me renvoie à mes occupations, les enfants ne vont pas tarder à rentrer. Je me rafraîchis le visage, tentant d’effacer les larmes et le nez irrité. Chose que les enfants voient de suite et je prétexte l’allergie aux foins. Je ne sais pas si ils ont cru ce petit mensonge, Maître les envoie dans leurs chambres, avec l’autorisation de jouer avec leurs consoles en attendant le repas. Maître me demande si je suis toujours trempée, j’écarte les jambes et cambre les reins. C’est toujours le cas, Il m’ordonne de me pencher sur la table de cuisine. Maître me donnera 4 orgasmes d’affilée. Il est sidéré, 4 orgasmes en si peu de temps, je suis aussi surprise de ce que mon corps et mon esprit sont capables. Je passe à la douche. Mes jambes semblent se dérober, ne plus vouloir avancer. Maître prend ensuite la Sienne, puis nous passons à table.

Nous mangeons dehors, sur le balcon. Maître et les enfants sont assis sur les fauteuils, je suis assise sur mon petit tabouret taille très basse, aux pieds de Maître.
Une fois le petit couché, nous sortons faire une balade à pieds, en ayant prévenu la grande.
Il fait nuit, je suis nue sous ma robe, je respecte les règles fixées par Maître. Durant la balade, Maître vérifie régulièrement mon état : toujours aussi détrempée, du jamais vu depuis le début de notre relation, il y a presque 20 ans. Nous discutons de tout et de rien, cela nous permet de mieux connaître nos envies, nos désirs et la direction que Maître veut prendre dans la relation M/S.

De retour de la promenade, je passe rapidement faire une toilette, avant de rejoindre Maître dans la chambre. Ce soir là, Maître m’utilisera selon Son bon plaisir, jouant avec moi. Maître me permettra 3 orgasmes supplémentaires. Je suis lessivée, vidée, heureuse comme une Soumise comblée. Maître est satisfait de Sa petite chose, elle Lui a bien servi. J’en suis toute ….

Je vous aime, Maître, au delà du raisonnable.

Votre Soumise novice,

Dana

2 commentaires:

  1. Chère Dana,
    Ah oui, pas toujours simple d'obéir et de se concentrer, et quel bonheur de voir que le Maître est là pour nous rappeler à nos devoirs et à nos engagements. Et peu importe la méthode employée, seuls comptent Sa présence et Son contrôle ! Ainsi, nous nous libérons de cette sensation de faute, et en plus je suis d'accord, notre corps réagit souvent incroyablement "bien" à ce contrôle. 7 orgasmes ??? Et bien dis moi, impressionnant !!!
    Une belle fin de semaine à toi et mes sincères respects à Maître Fox.
    Je t'embrasse
    élerinna, kajira d'Elendil

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Dana,

    Mais quelle gourmande tu fais !

    J'aime particulièrement ces mots "du jamais vu depuis le début de notre relation", je m'y retrouve. Passer de la vie vanille à une relation M/s est une véritable redécouverte de soi mais aussi de l'autre qui amène à une intensité encore plus forte.

    Quant à ta désobéissance, Maître Fox veille de près sur sa soumise et saura te remettre à ta place si tu t'égares un peu trop, je n'ai aucun doute là dessus.

    Mes respects à Maître Fox et des bisous pour toi.

    A bientôt,

    Anaëlle

    RépondreSupprimer