jeudi 2 août 2018

Première sortie en Club



Lors de notre rencontre Auvergnate, Maître Elendil et Elerinna nous ont parlé d’une soirée en Juillet dans un club Lyonnais. Ils s’y rendent très régulièrement depuis longtemps et ce serait l’occasion de se revoir tous les 4, dans un autre lieu très différent.

Maître avait choisi d’avance la tenue, les chaussures et le maquillage que je devais porter ce soir : petite robe en dentelle (pas assez courte d’après Maître), escarpins compensés à sangles, smoky eyes et lèvres noires. Revoilà la petite Gothique qui L’avait séduit à notre première rencontre. Ma copine nous garde les enfants à la maison et nous voilà partis.
La circulation est fluide, nous faisant arriver avant 20h00. Maître gare la voiture et nous marchons un peu avant d’arriver devant le Club. Nous sommes vraiment en avance car nous ne voyons pas nos amis (ils sont toujours là les premiers). Maître sonne à la porte et le patron, Mr R., vient ouvrir : ce n’est pas encore l’heure.
Maître se présente et ils discutent quelques minutes, le temps d’une pause clope. Le patron referme la porte et nous descendons sur la berge de la Saône patienter jusqu’à 20h30. Une fois à l’intérieur, il y a déjà quelques personnes que nous saluons poliment. Nous nous asseyons à côté de l’écran diffusant des photos BDSM (très intéressantes pour des idées pour plus tard). Nous discutons sur le matériel exposé, les instruments et les gens qui arrivent au Club. Nous sommes surpris des profils aussi variés des personnes fréquentant le Club (j’observe les arrivants à la recherche de petits détails dans leurs tenues, tatouages, coiffures, …).

Peu avant 21h, nos amis franchissent la porte, leurs visages s’éclairent d’un grand sourire en nous voyant. Nous sommes très heureux de les retrouver, Elerinna et moi nous faisons la bise, elle salue Maître à la manière Goréenne et moi, j’essaye de saluer convenablement Maître Elendil (Maître me fera remarquer que je n’ai pas respecté Ses consignes concernant le salut envers Maître Elendil). Ils vont ensuite dire bonjour aux quelques personnes qu’ils voient ici régulièrement. Ils nous présentent ensuite à Mister et sa délicieuse O. Nous sympathisons de suite, je ressens la même confiance avec O que je ressens pour Elerinna. Ils finiront par nous inviter à une soirée qu’ils organisent, pour ma plus grande joie devant la réponse positive de Maître. Nous allons ensuite nous installer là où nous étions à notre entrée. Elerinna et moi allons chercher les boissons pour nos Maîtres respectifs, puis Ils nous autorisent à aller nous servir aussi. Je reste assise par terre devant Maître aux côtés d’Elerinna. Nous trinquons tout en discutant de tout et de rien lorsque Maître Elendil me demande “Comment tu te sens Dana ?”; je réponds instinctivement “À ma place” (Maître me fera la remarque d’avoir oublié le “Maître” à la fin de ma phrase).

Après le repas, nous allons chercher le café et je vois qu’Elerinna attend le signal des jeux. Elle se place sur le pilori avec un grand sourire et Maître Elendil commence la chauffe avec les badines.
Elerinna danse, crie, se trémousse mais elle ne part pas. Je demande l’autorisation à nos Maîtres de lui tenir les mains pour l’aider à partir.
Lorsqu’elle est libérée du pilori, Mister et O viennent prendre place au milieu de la pièce pour une démonstration de “Fireplay” : je suis impressionnée par la maîtrise de Mister et la beauté de la scène : les flammes bleutées qui prennent forme sur le corps de O avant que son Maître ne les éteignent d’un revers de main assuré.

Ensuite Maître me dit qu’il a envie de jouer avec moi. Il me laisse le choix de l’instrument de chauffe : je choisis la badine fine. La robe tombe naturellement, je vais me placer au milieu de la pièce, les mains sur la tête. Maître joue de la badine fine pour me chauffer, puis après avoir brièvement échangé avec Maître Elendil, passera à la badine en bambou de ce dernier. Je reste immobile, totalement silencieuse. Maître jouera quelques minutes ainsi, avant de faire une pause. Nous nous asseyons près de nos amis qui me demandent comment je vais. Je vais bien, je me permet même de dire à Maître qu’Il peut taper plus fort, je n’avais pas mal du tout, ce qui fit rire Maître Elendil et Elerinna.
Trèves de plaisanterie, les Maîtres retournent s’occuper de leurs esclaves; Elerinna finit encordée et mes fesses refont connaissance avec le martinet en vinyle et le câble en métal. Sur proposition de Maître, Mister testera les instruments sur les fesses de O, qui les apprécie autant que son Maître. Entretemps, un vieux mâle solitaire s’approche doucement de Maître et lui demande si je peux jouer avec ses tétons. Maître n’est pas très chaud mais Il me demande si j’ai envie de tester, j’accepte, n’ayant jamais fait cela. Je m’exécute, le vieil homme apprécie que je le pince de plus en plus fort, plante les ongles. Je ne suis pas à l’aise avec ça, je regarde ailleurs et mon regard croise celui d’Elerinna. Au moment où le vieux pose ses mains sur mes cuisses, Maître intervient et lui dit sèchement “pas de contact !”. Le vieux commence à argumenter, je vois la petite veine sur le front de Maître qui apparaît et Elerinna arrive à point nommé pour le remballer proprement. J’ai joué avec le vieux comme un chat joue avec sa proie, sans le plaisir ressenti, juste exécuté sur demande. Très peu pour moi !
De son côté, Elerinna goûte à nouveau au fouet, elle tortille et danse sous les coups. En voyant son verre vide, je m’empresse de lui remplir car il fait très chaud ce soir, et lui rendre ce petit service me fait très plaisir. J’ai fait ceci toute la soirée, je prends soin d’elle comme elle prend soin de moi.

Minuit approchant, l’heure du “crime” aussi …

Nous avons fait une pause de temps à autres, laissant la place libre à d’autres pratiquants, peu nombreux. Puis Maître a sorti son couteau et ça a été ma fête ! Si au début Maître me griffait avec la pointe, il n’a pas tardé à faire de petites coupures jusqu’au sang. J’aime beaucoup le contact de la pointe aiguisée qui se promène et dessine des volutes, puis signant de Son nom Son oeuvre. Je n’ai pas défaillé à la vue de mon sang sur la serviette, j’étais très heureuse ainsi.

Pendant ce temps, Maître Elendil a commencé à installer une bâche de protection et préparer ses instruments pour s’occuper d’Elerinna. Lorsque nous avons fini, il a commencé à dessiner un grand coeur puis d’autres dessins au scalpel avant de sortir son couteau pour inaugurer les “49 coups de couteau”. O tenait les mains d’Elerinna attachée à la croix de St André, Maître comptait silencieusement les coupures du couteau (bien plus que 49 !) et la vue du sang coulant ne m’a pas fait tourner de l’oeil (alors que d’habitude, je me sens mal dès que je vois une goutte de sang). Toutes ces marques ont porté Elerinna à la jouissance, c’était magnifique à voir ! J’ai ensuite aidé O à détacher Elerinna, avant une bonne douche. Maître a pris une pause clope. En revenant, il a joué sur moi avec le paddle qu’Il a fabriqué, puis il a emprunté le paddle articulé (pour les boeufs, fabrication artisanale Vénézuélienne) et en a joué sur mes fesses et mes cuisses, me tirant quelques cris, des gémissements et un “aïeuuuuh” qui a provoqué l’hilarité d’un côté de la salle : là où étaient installés nos amis. Une fois fini, j’ai demandé à Maître si je pouvais passer à la douche. C’est à la lumière de la salle de bain qu’Il a pu voir toutes les marques, bleus, coupures invisibles à la lumière rouge de la salle. De retour dans la pièce, Maître a testé un fouet sur mes fesses. La douleur a été présente de suite, ingérable à cause des bleus et coupures. Au cinquième coup, j’ai poussé un cri et me suis retournée. Maître a compris immédiatement et a arrêté.

Nous avons ensuite discuté tous ensembles quelques instants, puis avons rangé les affaires avant de sortir du Club. Nous avons discuté dehors en nous disant au revoir.
Je suis rentrée fatiguée mais très contente de cette première sortie en club. Nous y reviendrons avec plaisir.

Merci Maître pour cette sortie très sympathique en très bonne compagnie.
Je vous aime au delà du raisonnable.

Votre Soumise, petite chose et Esclave dévouée


Dana.

2 commentaires:

  1. Bonsoir ma belle,

    Comme tu t'en doutes j'étais impatiente de lire le récit de votre première soirée et de connaitre tes ressentis. J'aime la sincérité avec laquelle tu écris et au travers de ton article j'ai pu l'observer de loin. Le fireplay devait être magnifique, c’est une pratique qui me tente beaucoup mais que je n'ai jamais eu l'occasion de voir encore.
    Je suis impressionnée par la facilité avec laquelle tu t'es naturellement intégrée et ravie que cette soirée se soit si bien passée. Ce fut un plaisir également de la lire chez Maître Fox.

    Une très belle soirée à vous,

    Mes humbles respects à Maître Fox,
    Anaëlle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma belle,

      Je n'en doutais point, je me suis hâtée d'écrire la soirée avant que les souvenirs ne s'emmêlent dans ma tête ^^
      Peut-être un jour, Maitre Phénix et toi nous rejoindrons également, ça promet d'être une soirée riche en émotions...
      Je suis tentée aussi par le fireplay, je l'ai ajouté à ma liste d'envies et seul Maitre décide quand Il en aura envie.
      Je pense que ce que tu vois comme de la facilité, ce sont les fameuses barrières nommées pudeur, timidité et hésitation. Je les ai abattues il y a un moment, entre l'assurance que j'ai acquise avec Maitre et notre séjour chez Maitre Elendil et Elerinna ;-) Je rajouterai une bonne dose de folie et la joie de la découverte.
      J'espère que nous pourrons nous rencontrons un jour pour échanger plus longtemps, je te souhaite une excellente fin de semaine (aussi bonne que la semaine),
      je t'embrasse, mes respects à Maitre Phénix

      Dana, Esclave de Maitre Fox

      Supprimer